Glossaire

Ce glossaire n’a pas l’intention d’être exhaustif mais simplement d’éclairer quelques termes et notions utilisés dans nos fiches descriptives. Pour de plus amples informations l’on pourra consulter, entre autres, le très complet dictionnaire du manuel de Bibliophilie de Ch. Galantaris (Editions des Cendres, 1997) et le très concis et explicite opuscule de Anne Lamort : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la bibliophilie sans jamais avoir osé le demander (Ipagine 2012).

Tout d'abord voici quelques généralités autour du livre ancien.


Nos descriptions de livre suivent le protocole suivant :

En premier lieu les caractéristiques générales du livre, communes aux différents exemplaires : Date, nombre de volumes et leur format, description de la reliure, collation (description interne des différentes parties du livre).
 Puis viennent les caractéristiques individuelles du livre en question : défauts éventuels, restaurations, ex-libris, mentions manuscrites, papiers divers joints à l’ouvrage (lettres, photographies etc…)


Anatomie du livre relié :

Posons un livre sur une étagère : La partie visible est son dos. Les deux côtés sont appelés les plats, dénommés successivement lorsqu’on ouvre l’ouvrage premier plat, second plat, 3ème et 4eme plat. Les 1er et 4ème plat sont à l’extérieur, les second et 3èmes plats à l’intérieur du livre. Les tranches sont nommées tête pour celle du haut, gorge pour celle opposée au dos et queue pour celle du bas. Les bords des plats sont appelés les coupes. Aux angles extérieurs des plats on trouve les coins. Les charnières entre le dos et les plats sont les mors.
En haut et en bas du dos on trouve les tranchefiles (couture de fils de couleurs), recouvertes partiellement par les coiffes (petit débord de peau). Le dos peut être lisse mais présente généralement des petits bourrelés, les nerfs. Entre les nerfs, les entrenerfs, on peut trouver en haut du dos la pièce de titre, qui donne le titre de l’ouvrage parfois en abrégé, et éventuellement la pièce de tomaison pour les livres divisés en plusieurs tomes.

Avec le temps un livre aura tendance à s’user au niveau des coupes inférieures car c’est sur elles que l’ouvrage repose et frotte lorsqu’on le prend et le repose, à se fendre aux mors à force d’être ouvert (pas toujours délicatement) et à s’insoler au niveau du dos car c’est là que tape la lumière le plus souvent.


Les types de reliures et de cuirs :

On rencontre la plupart du temps les peaux suivantes : Maroquin (chèvre) et veau sont les plus prestigieuses, les plus résistantes et les plus chères.
Puis viennent le Vélin (parchemin ; peau de veau ou de mouton, blanc nacré à jaune ), le chagrin (chèvre) et la basane (mouton). On peut rencontrer pour les reliures les plus anciennes ou les plus archaïques la peau de truie (sorte de vélin mais en plus épais et rustique) et la peau de mouton retournée (de teinte jaune, aspect duveteux). Le XIXe siècle fera un grand usage de la percaline (toile de coton à maille extrêmement fine). Le XXe siècle verra l’apparition d’autres matériaux : galuchat (requin), et matières synthétiques.
On parle de pleine peau lorsque le cuir recouvre l’intégralité du livre (plein chagrin, pleine basane etc…). Ensuite viennent les demi-reliures (la peau recouvre le dos et plus ou moins les plats) : demi-chagrin, demi-maroquin … les coins peuvent aussi être habillés : demi-maroquin à coin…
Un ouvrage qui n’est pas relié est broché. Les livres anciens étaient vendus soit reliés soit brochés en attente d’être reliés. Dans ce cas ils étaient recouvert d’un papier uni ou à motifs imprimés, les papiers dominotés.

Format des livres :

Un livre est composé de cahiers joints par une couture. Les cahiers sont faits d’une feuille de papier pliée un certain nombre de fois. La taille d’un livre dépend de la feuille de papier et de la façon dont elle a été pliée.
Ainsi, du plus grand au plus petit on trouve pour les formats les plus courants : In-Plano (feuille entière), In-Folio (feuille pliée en deux), In-Quarto [In-4°] (feuille pliée en 4), In-Octavo [In-8] (feuille pliée en 8) ; In-Dodecavo [In-12].
La taille des feuilles varie selon les manufactures et les époques aussi n’y a-t’il pas de correspondance absolue entre format et taille en centimètres. Un folio mesurera généralement 30 à 40 cm de haut. Un In-12 une dizaine de cm.
Un cahier de In-8° se compose donc de 8 feuilles ou feuillets (abréviation ff.) et parconséquent de 16 pages (abréviation pp.). Une petite marque typographique signale le début de chaque cahier au coin inférieur droit de la première page du cahier, c’est la signature. Le premier cahier est A, le 2ème B, etc.. On peut aussi trouver les signatures pour chaque feuillet, le plus souvent indiquée en chiffre romain (Ai, Aii, Aiii etc..). Lorsque le nombre de pages est très important on recommence à partir de A : ainsi on aura Y, Z puis AA, AB, AC etc…
Pour la collation des livres anciens le suivi des signatures permet de contrôler la pagination qui présente parfois de nombreuses coquilles.


Les chiffres romains

c’est un mode de numérotation très largement utilisé dans le monde du livre.
I ou i vaut 1
V ou v = 5
X ou x = 10
L ou l = 50
C ou c = 100
D ou d = 500
M ou m = 1000

Le système est basé sur l’addition et la soustraction :
II ou ii – 2
III ou iii– 3

Un chiffre plus petit placé avant un plus grand se soustrait à lui :
IV = 4
IX = 9
XL = 40

MDCCIL = 1749 (1000+500+100+100+ (50-1)
MCMII = 1902

Le plus souvent les introductions, préfaces et autres liminaires sont paginés en chiffre romain en minuscule : xxviii pp. = 28 pages.

Glossaire

Achevé d'imprimer     
Mention de la date d'achèvement de l'impression du livre.


Ais                              
fine plaque de bois qui constitue les plat des reliures antérieures, généralement, à la première moitié du XVIe siècle.


Anastatique                
une réimpression anastatique est l'édition en fac-similé d'un ouvrage ancien


Basane                       
peau de mouton, parmi les plus communes.

Bradel                        
on parle de bradel ou de reliure à la Bradel (nom du relieur à l'origine de cette technique) : reliure de facture plutôt simple, généralement en toile, caractérisée par un dos lisse et deux rainures au niveau des mors.

Broché                       
non relié, couverture de papier.

Cachet humide          
tampon encré

Cahiers libres            
cahiers qui ne sont pas cousus

Chagrin                      
peau de chèvre

Coupes                      
bords extérieurs d'un plat

Coiffe                         
débord de la reliure en haut et en bas du dos

Colophon                   
page où sont mentionnés en général l'imprimeur, la date et le lieu d'impression. D'autres détails concernant la confection du livre peuvent apparaître   
              
Coquille                      
faute ou erreur typographique

Dos                            
partie visible du livre lorsqu'il est rangé sur une étagère. Y apparaît le plus souvent le titre, l'auteur, la tomaison parfois.

Emboitage                 
boite protégeant un livre, composée d'une chemise et d'un étui en carton.

Entre-nerf                  
espace compris entre deux nerfs. On parle aussi de compartiment.

Envoi                         

dédicace manuscrite de l'auteur

Epidermures
            
éraflures et plus généralement petits arraches superficiels des peaux. La basane présente souvent ce genre de défaut avec le temps.        

Etui
                           
boite en carton ouverte sur un seul coté, dans laquelle on glisse un livre.

Ex-libris
                    
marque d'appartenance d'un livre à un collectionneur ou une institution. L'ex-libris peut-être manuscrit mais bien souvent c'est une petite vignette gravée que l'on colle généralement au second plat.

Garde
                      
feuille de papier placée entre les plats intérieurs et le livre proprement dit. Les gardes peuvent être blanches, de couleur, en papier marbré voire de soie pour les exemplaires les plus luxueux.

Gorge 
                      
tranche opposée au dos

Justification
[de tirage]
indique le nombre d'exemplaires et les différents papiers d'une édition.             

Maroquin
                  
peau de chèvre, plus luxueux que le chagrin.

Nerf
                           
bourrelet au dos du livre

Parchemin
               
on parle aussi de vélin. Peau blanche à jaune, issue du veau ou du mouton.

Plat
                           
coté en carton ou en bois d'un livre relié (cf les généralités au début de la page)

Queue
                      
tranche inférieure d'un livre

Rousseurs 
               
taches brunes à jaunes provoquées par un champignon et dues à de mauvaises conditions de conservation (qualité du papier, humidité, mauvaise aération...)

Signature
                 
lettre figurant au bas des feuillets permettant d'assembler les différents cahiers.

Tête                           
tranche supérieure.

Timbre à sec
           
marque en relief, qui indique généralement l'appartenance à un collectionneur ou une institution (cf ex-libris).

Tranchefile               
petite broderie qui participe à la solidité de l'assemblage des cahiers et qui se love en partie sous la coiffe.

Veau                         
type de peau utilisée en reliure, une des plus luxueuses avec le maroquin.

Vélin                         
voir parchemin

Volvelle 
du mot latin volvere (tourner), pièce de papier, généralement circulaire, insérée dans un feuillet, pouvant pivoter et que l'on trouve notamment dans certains livres de science (astronomie).